Jean-Claude Juncker : « Dès le début, j’étais contre le fédéralisme européen... ». Et ben voyons ! Il a oublié le CIFE !

Jean-Claude Juncker, président du CIFE de 2005 à 2014. Capture d'écran. Le président de la Commission européenne a déclaré dernièrement : « Je respecte les États nations. Dès le début, j’étais contre le fédéralisme européen tel qu’il était compris dans les années 1950, 1960 et 1970. Je ne crois pas aux États-Unis d’Europe. » [1] Et ben voyons !

Jean-Claude Juncker a oublié qu’il était à la tête du Centre international de formation européenne (CIFE) de 2005 à 2014 ! [2] En 2013, le site cife.eu précisait que « Les activités du CIFE comprennent l’étude, l’enseignement, la formation et la recherche sur les problèmes de l’unification européenne et mondiale, le fédéralisme, le régionalisme et les transformations des structures de la société contemporaine, selon une prospective fédéraliste » [3]. En 2015, cette description du CIFE était encore présente dans certains documents [4].

Actuellement, « Le CIFE est l’une des six institutions d’excellence à recevoir de l’Union européenne une subvention de fonctionnement dans le cadre des ‘Activités Jean Monnet’ du programme Erasmus ».

En 1964, le livre de Nelson A. Rockefeller intitulé L’avenir du fédéralisme constitua le cahier n°4 de la collection Réalités du présent publiée sous le patronage du CIFE. Tout comme le cahier n°3 (L’Europe des ethnies de Guy Héraud – 1963 [5]), il fut préfacé par Alexandre Marc, fondateur - président d’honneur - du CIFE. Ce dernier a également participé en 1946 à la fondation de l’Union européenne des fédéralistes (UEF) dont il devint le premier secrétaire général, organisation affiliée au World Federalist Movement (Mouvement fédéraliste mondial).

Le fédéralisme européen : l’une des priorités du MEDE« F » ! [6]

J.G.