"Covid-19 : pourquoi il faut rester prudent concernant le remdesivir"

fontsizeup fontsizedown

Anthony Fauci, directeur du NIAID qui a dirigé l'essai, dans le bureau Ovale de la Maison-Blanche « Les Etats-Unis ont jugé hier que le remdesivir, un médicament antiviral, permettait d’accélérer la guérison des malades infectés par le Covid-19. Mais l’essai clinique sur lequel s’appuie le gouvernement américain a aussitôt été contredit par une autre étude.

Un essai clinique jugé prometteur. Le gouvernement américain a annoncé mercredi qu’un médicament baptisé remdesivir accélérerait le rétablissement des patients infectés par le Covid-19 et considérés comme des cas graves. La Maison Blanche s’appuie sur un essai clinique mené par les Instituts de santé américains (NIH) rendu public le même jour. Démarré le 21 février, l’essai consistait à injecter par intraveineuse du remdesivir pendant dix jours à des malades. Ces derniers se seraient rétablis en 11 jours (durée médiane), contre 15 jours pour les patients sous placebo, soit 31 % plus vite.

Des résultats à prendre avec des pincettes. Les résultats de l’essai clinique du NIH, qui ne montrent pas si le médicament permet de sauver des vies, sont encore préliminaires et doivent être évalués par une revue scientifique. D’autant plus que le principal critère d’évaluation de l’essai a été modifié en cours d’étude.

Surtout, une étude chinoise réalisée à Wuhan publiée dans la foulée par la revue scientifique The Lancet avance que le remdesivir n’a “pas de bénéfice clinique significatif” sur la guérison ou la mortalité liée au coronavirus et qu’il pourrait avoir des effets secondaires “importants”. Mais cette même étude est à relativiser car elle a été interrompue faute de malades. » Léa Guyot

Extrait de son article publié le 30 avril 2020 par lejdd.fr.

Voir en ligne : Éléments d’information à connaître sur le coronavirus, le Remdesivir et le laboratoire américain Gilead Sciences.

Sites favoris Tous les sites