Élisabeth Guigou, membre de la Commission trilatérale, bientôt à la tête de l’Assemblée nationale ?

Elisabeth GuigouCe matin sur France Info, Élisabeth Guigou a officialisé sa candidature à la présidence de l’Assemblée nationale. Faisant l’étalage de son C.V. de politicienne reflétant parfaitement au passage la professionnalisation de la politique, elle a oublié néanmoins d’évoquer sa présence au sein de la Commission trilatérale [1] fondée par David Rockefeller, organisation ayant la particularité de véhiculer « un idéal platonicien d’ordre et de supervision, assuré par une classe privilégiée de technocrates qui place son expertise et son expérience au-dessus des revendications profanes des simples citoyens » [2].

Soulignant comme un aveu qu’« il faut démocratiser l’Europe », Élisabeth Guigou peut en effet se prévaloir d’être une grande démocrate depuis les deux épisodes de 2008 touchant à la ratification du traité de Lisbonne…

Lors du Congrès à Versailles le 4 février 2008, elle s’était abstenue pour trois jours plus tard votée en faveur du traité de Lisbonne à l’Assemblée nationale, piétinant ainsi la souveraineté du Peuple français exprimée le 29 mai 2005 par référendum.

J.G., Duodi 2 Messidor an CCXX

Voir en ligne : François Hollande et le Traité de Lisbonne.

Sites favoris Tous les sites