L’Union européenne va financer l’achat et la livraison d’armes à l’Ukraine « L’Europe, c’est la paix »...

, par  John Groleau
Lu 411 fois

Hier, on apprenait que « le gouvernement allemand a[vait] finalement décidé d’autoriser la livraison à l’Ukraine de 400 lance-roquettes antichar, rompant ainsi sa politique suivie ces dernières années où elle s’interdisait toute exportation d’armes létales en zone de conflit ».
Aujourd’hui, 27 février 2022, la présidente allemande de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé que l’Union européenne allait acheter des armes pour la première fois de son histoire et les livrer à l’Ukraine.



Souvenons-nous des propos tenus par le journaliste Jean Quatremer en janvier 2010 qui ne fit pas mystère de sa foi en une « Europe fédérale » et de son soutien au projet d’« États-Unis d’Europe » : « je pense que ce n’est que lorsqu’un conflit armé sera à nos portes ou qu’une menace directe contre l’Europe se manifestera que nous créerons une défense européenne commune, expression de la puissance européenne. La paix est en effet un moteur devenu insuffisant de l’intégration communautaire : elle l’a certes justifié à ses débuts, mais déjà la menace soviétique a servi d’aiguillon. Depuis la chute du communisme, il y a une véritable perte de sens que les référendums négatifs ont manifesté : “pourquoi faire l’Europe alors que la paix semble acquise ?” ont semblé se demander les citoyens. Je constate donc à regret que les conditions de formation d’un Etat-nation semblent indépassables : une identité commune ne semble pouvoir se forger que dans le fer, le feu et le sang, que dans l’opposition à l’autre. »

En février 2010 lors de la 46e Conférence sur la sécurité à Munich, le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, s’était fixé comme « objectif à long terme » la « mise sur pied d’une armée européenne ».

LIRE AUSSI... :

Navigation

Brèves Toutes les brèves