RIC ou/et Constituante ? L’étonnante volte-face des Gilets jaunes de Gironde

, par  John Groleau
Lu 2248 fois

Le 27 novembre dernier, le site rue89bordeaux.com a publié un article concernant une conférence de presse des Gilets jaunes à Darwin [1] ayant eu lieu le jour précédent. « Ce lundi, leurs porte-paroles présents à Darwin affirment représenter des groupes de Sainte-Eulalie, Langon, Saint-André-de-Cubzac ou encore Bordeaux, regroupant ensemble 20 000 gilets jaunes. Margot, membre d’un groupe bordelais, a été tirée au sort pour lire un texte commun devant la presse. Cette étudiante infirmière de 21 ans annonce que les propositions des manifestants, collectées sur le terrain, seront soumises au vote dans les prochains jours, sur le site internet gilets-jaunes-gironde.fr. »

Copie d'écran

En haut de la page d’accueil du site internet gilets-jaunes-gironde.fr, on y trouve actuellement la partie suivante :

Copie d'écran

Dans ce texte, on comprend que le débat n’existe plus et il faudrait tout de même que les auteurs nous expliquent en quoi le RIC « est la seule revendication qui permettra aux citoyens de France de changer les lois et traités en cours » ! Mais ce qui est le plus surprenant vient du fait de conseiller « à toutes et à tous de manifester uniquement pour l’inscription des référendums d’initiative citoyenne en toutes matières à notre constitution ». Ainsi cette « fédération » de Gilets jaunes considère d’une certaine manière qu’une Assemblée constituante ne pourrait pas changer la constitution ! Leur position arrêtée a été obtenue « après avoir réalisé un sondage (toujours en cours) » avec seulement 1 660 participants (sur 20 000…) jusqu’à aujourd’hui [2].

Copie d'écran

Mais dans celui-ci [3], aucune question n’est posée sur la convocation d’une Assemblée constituante alors que c’était « une revendication commune » aux groupes d’après les propos recueillis par rue89bordeaux.com !

Dans ce sondage, une question concerne la « mise en place d’Assemblées citoyennes régionales et nationales » [4]. Il est dommage de ne pas avoir soulevé la question sur le plan local, dans les communes et les quartiers.

De quoi a peur notamment le pouvoir exécutif, l’aristocratie des riches et les professionnels de la politique ? D’un peuple constamment délibérant dans le cadre des assemblées primaires communales pour la formation des lois, mais aussi sur le choix de ses mandataires.

Dans le cadre d’assemblées communales ou de quartiers, les citoyen-ne-s pourraient en particulier élaborer ensemble après des débats (qui seront sans doute loin d’être de tout repos) leurs cahiers d’exigences et les points fondamentaux du futur texte constitutionnel. Ils choisiraient leurs mandataires sans qu’il y ait eu de candidat(ure)s : ils choisiraient leur commis de confiance aboutissant à la désignation des Constituants.

Au passage, on peut noter que la rédaction des cahiers de doléances se déroulant actuellement ne se passe pas dans le cadre de débats et de votes au niveau des mairies. De plus, la synthèse de ces cahiers sera réalisée par des élus qui pour beaucoup sont membres de partis politiques discrédités et ne peuvent pas être des mandataires dignes de confiance étant donné qu’ils sont responsables, non devant leurs électeurs, mais devant leur parti. D’après l’historienne Florence Gauthier, « le système des partis diffère complètement de ce qu’il se passait pendant la Révolution française, c’est bien sur la possibilité, qui s’est instituée pour eux, de prendre la place de l’assemblée générale des citoyens et de transformer les électeurs en machine à élire des majorités en nombre de places dans les instances élues. » [5]

Pour terminer avec la page d’accueil du site des Gilets jaunes de Gironde, il est impossible de ne pas évoquer l’annonce de la conférence/débat ayant eu lieu hier avec la présence du sulfureux Étienne Chouard [6], opposant vigoureux du suffrage universel depuis de longues années qui a été notamment porté par certains sites d’extrêmes-droites françaises. En effet, rappelons que pendant les années 1930, celles-ci avaient combattu le suffrage universel !

Copie d'écran

Beaucoup de groupes de Gilets jaunes semblent s’engager heureusement dans une voie totalement différente et la demande d’une Assemblée constituante fait partie de leurs revendications, comme du côté de Montargis [7] et Poitiers, sans toutefois que le mode de désignation des Constituants soit encore débattu et défini.

Copie d'écran, page Facebook des Gilets Jaunes Poitiers

Le 1er décembre, devant le château de Versailles, des Gilets jaunes ont entonné le chant révolutionnaire « La Marseillaise » en brandissant un panneau sur lequel on pouvait lire « Macron démission - Assemblée constituante - VIe République » [8]. Un beau symbole !

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves