Vitali Klitschko, maire de Kiev, et les nazis Stepan Bandera & Roman Choukhevytch

fontsizeup fontsizedown

Depuis plusieurs mois, Arno Klarsfeld, avocat de l’association des fils et filles de déportés juifs de France, dénonce la glorification des nazis Stepan Bandera et Roman Choukhevytch en Ukraine, évoquant notamment à Kiev les deux avenues portant leurs noms.

Anne Hidalgo était présente le 28 novembre 2022 lors du “Forum d’investissement 2022 de Kiev”, hébergé par la Ville de Bruxelles [1], et elle avait expliqué à Volodymyr Klitschko, représentant son frère Vitali Klitschko maire de Kiev, qu’il devait faire moins de voitures et plus de vélos lors de la reconstruction, en lui indiquant qu’elle allait lui faire profiter de son expérience dans ce domaine.



La maire de Paris, membre du Parti « socialiste », n’a nullement évoqué la question des deux avenues de Kiev portant les noms des deux commandants historiques de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), organisation ayant participé à l’extermination des Juifs en Ukraine et au massacre de Polonais...

Vitali Klitschko est présent dans le documentaire du journaliste d’investigation Paul Moreira sur la situation en Ukraine diffusé en février 2016 par Canal +.

7 février 2014. À gauche, le néonazi Oleh Tyahnybok - président du parti Svoboda -. Au centre, Vitali Klitschko - futur maire de Kiev - et Victoria Nuland. À droite, Arseny Yatsenyuk.


Vitali Klitschko est devenu maire de Kiev suite à l’élection du 25 mai 2014. En février 2014, il est présent aux côtés de Victoria Nuland, Secrétaire d’État américaine, et du néonazi Oleh Tyahnybok, président du parti Svoboda et grand admirateur de Stepan Bandera.

Le 7 juillet 2016 [2], l’avenue de Moscou à Kiev est devenue l’avenue Stepan Bandera. Le 1er juin 2017 [3], l’avenue Nikolaï Vatoutine a été rebaptisée avenue Roman Choukhevytch.

Le 25 juin 2019 [4], le tribunal administratif du district de Kiev annule la décision de la municipalité des deux changements de nom.
Et bien, Vitali Klitschko a tout simplement fait appel de cette décision [5]...

J.G.




Voir en ligne : Bandera et le nazisme ukrainien champions de l’« Occident ».

Navigation