L’Empire américain concentre à lui seul le quart des investissements directs étrangers en France

« Longtemps invisibles, les Chinois ont fait une entrée aussi remarquée que contestée dans le monde des affaires français. En quelques mois, ils ont mis la main sur l’aéroport de Toulouse-Blagnac, le Club Med, Pierre et Vacances, les hôtels Campanile et Kyriad, le club de football FC Sochaux, la maison de couture Sonia Rikyel, les vêtements Sandro, Maje et Claudie Pierlot, sans oublier les 1700 hectares de terre agricole dans l’Indre… Rien qu’en 2015, 3,2 milliards de dollars (près de 2,9 milliards d’euros) ont ainsi été placés en France, deux fois plus qu’en 2013. Faut-il en conclure qu’il y a péril (jaune) en la demeure ?

Certes, l’engouement du dragon asiatique pour le coq gaulois est incontestable. Mais la réalité reste modeste : les investissements chinois cumulés ne représentent que... 2% du total des investissements directs étrangers (IDE) en France, loin derrière le frère ennemi japonais (6%), selon le rapport de Business France. Si la Chine multiplie ses emplettes, elle reste un nain face au champion toutes catégories des acquisitions dans notre pays, les États-Unis, qui concentrent à eux seuls le quart des IDE. » Martine Bulard

Extrait de son article, « Appétit chinois, incurie française », Le Monde diplomatique, octobre 2016.

La grande braderie

Voir en ligne : La dangerosité des multinationales selon Mendès France.

  • Demos&kratos
  • Droit naturel
  • Laïcité : une valeur d’avenir
  • Nous suivre


Sites favoris Tous les sites