Le drapeau tricolore français

, par  J.G.
Lu 1586 fois

Aux premiers jours de la Révolution française, les trois couleurs sont d’abord réunies sous la forme d’une cocarde. En juillet 1789, peu avant la prise de la Bastille, une grande agitation règne à Paris. Une milice se constitue ; elle porte un signe distinctif, une cocarde bicolore composée des antiques couleurs de Paris, le bleu et le rouge. Le 17 juillet, Louis XVI se rend à Paris pour reconnaître la nouvelle Garde Nationale en arborant la cocarde bleue et rouge à laquelle il semble que Lafayette, commandant de la Garde, ait ajouté le blanc royal. Notons que dans les textes de 1789, le blanc n’était pas désigné comme couleur du roi mais comme couleur de la France ou du royaume. La légende de l’association des couleurs du roi et de Paris n’apparaît que bien plus tard. La preuve en est que la République, en 1792, ne songea même pas à supprimer le blanc des trois couleurs. Cocarde tricolore

La Convention avec la loi du 27 pluviôse an II (15 février 1794) fait du drapeau tricolore le pavillon national, en précisant, sur les recommandations du peintre David, que le bleu devait être attaché à la hampe : "le pavillon sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement,..."

Le XIXème siècle voit s’affronter le blanc des royalistes légitimistes et les trois couleurs héritées de la Révolution. Le drapeau blanc est remis à l’honneur sous la Restauration mais Louis-Philippe reprend le drapeau tricolore et le fait surmonter du coq gaulois. Lors de la Révolution de 1848, si le drapeau tricolore est adopté par le gouvernement provisoire, c’est le drapeau rouge qui est brandi par le peuple sur les barricades en signe de révolte. Le poète Lamartine, dans une harangue à la foule, défendit le drapeau tricolore. Sous la IIIème République, un consensus s’établit progressivement autour des trois couleurs. A partir de 1880, la remise des drapeaux aux armées lors de la fête du 14 juillet est un grand moment d’exaltation du sentiment patriotique.

Les constitutions de 1946 et de 1958 (article 2) ont fait du drapeau tricolore l’emblème national de la République.


Le bonnet rouge de la liberté entre les deux rives de l’Atlantique

« Le bonnet de laine à cocarde tricolore est posé entre les deux rives de l’Atlantique [...]. Un ballon ayant la forme d’une montgolfière se livre au bombardement du port, tandis que de l’autre côté de l’océan, un aérostat d’un type futuriste lance le drapeau tricolore de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen sur les côtes de l’Amérique esclavagiste : un esclave qui l’a aperçu court vers le rivage, les bras tendus vers cette aurore de la liberté. [...]. La date du 26 pluviôse an II - 14 février 1794 relie ce collage à la célèbre séance de la Convention montagnarde du 16 pluviôse - 4 février précédant qui donna lieu à la déclaration d’abolition de l’esclavage dans toutes les colonies françaises. » Source : revolution-francaise.net

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves