Barroso avoue que l’U.E. est comparable à un Empire

, par  J.G.
Lu 372 fois

"Au cours d’une conférence de presse tenue le 10 juillet à Strasbourg, le Président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, a confirmé ce que les souverainistes et autres eurocritiques de toute l’Europe dénoncent depuis toujours : « Parfois j’aime comparer l’Union Européenne en tant que création, à l’organisation des empires. Nous avons la dimension de l’empire, mais il y a une grande différence. Les empires ont été habituellement bâtis par la force avec un diktat imposant du centre, sa volonté aux autres. Maintenant ce que nous avons est le premier "empire non-impérial". Nous avons 27 pays pleinement décidés à fonctionner ensemble et mettre en commun leur souveraineté. Je crois que c’est une grande construction dont nous devrions être fiers. Au moins, nous à la Commission, nous en sommes fiers. » Il y a en effet historiquement deux grandes manières d’organiser le monde : les empires ou les nations. L’intégration européenne actuelle, imaginée en plein affrontement de blocs impériaux au milieu du sanglant XXème siècle et pour un monde qui ne ressemblait en rien à celui d’aujourd’hui, ne pouvait donc avoir une autre nature que celle d’un empire. Une création supranationale plutôt qu’internationale, qui, mue par une idéologie plutôt que le pragmatisme, se poursuit dans la plus aveugle ignorance des récents bouleversements du monde. Comme le rappelle M. Barroso, elle a cependant une qualité que n’avaient pas les supranationalismes rouge et brun : elle n’utilise pas la force des armes, seulement celles de la propagande et du droit. C’est un empire souriant dont certains sujets imaginent l’avoir choisi, bien qu’il n’y eût que deux référendum, dont un clairement négatif. Un empire si persuasif, qu’il a convaincu les Français que leur "non" peut vouloir dire "oui" deux ans après. M. Barroso a raison d’être fier."

Article de "l’Observatoire de l’Europe après le non" (11/07/07)

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves