"Ce qui se passe depuis vingt ans dans le monde n’est que le symbole et le commencement de ce qui pourrait se passer si la France ne peut plus marquer sa présence." Eugène Ionesco

, par  J.G.
Lu 266 fois

Le 23 juin 1940, Eugène Ionesco écrit à Alphonse Dupront :

« [...] Même si, par malheur pour ce monde égoïste, cruel et stupide, la France devait mourir, [...] elle s’est sauvée spirituellement. Péguy souhaitait à la France le salut spirituel même si cela entraînait la mort temporelle. Le désastre dont nous souffrons atrocement est dû à la faute de la France. Fatiguée elle n’était plus présente dans le monde, elle ne croyait plus à la nécessité de sa présence et de sa mission. La Bête s’est ruée sur l’Esprit malade. Ce qui se passe depuis vingt ans dans le monde n’est que le symbole et le commencement de ce qui pourrait se passer si la France ne peut plus marquer sa présence. Et ce serait la punition du monde de l’avoir assassinée. Mais le monde peut-il vraiment assassiner son âme ?

Je ne pourrais vivre dans un monde où il n’y aurait plus de France, dans un corps vide. Je n’ai qu’une patrie, c’est la France, car la seule patrie est celle de l’Esprit. Ce ne sont pas de vains mots, je crois ce que je dis. [...]

Monsieur, je ne suis qu’une humble personne, mais une "personne" ; permettez-moi de souffrir et tout de même d’espérer, à côté de vous. Ça me consolerait un peu si vous pouviez me considérer comme un de vos compatriotes. Considérez-moi, dans ces jours de malheur, comme un des membres de la Famille française, un parent pauvre, accordez-moi l’honneur de m’accepter, spirituellement, dans votre, dans notre maison.

Je pleure, Monsieur. Je me déteste de ne pas être un dieu et de ne pouvoir sauver la France ; anéantir ses ennemis. C’est tellement tristement idiot de ne pouvoir faire que des phrases, de n’offrir que des larmes, que de l’impuissance. »

Source : Discours prononcé par M. Marc Fumaroli dans la séance publique à l’Académie française le jeudi 25 janvier 1996.

Eugène Ionesco est né en 1912 à Slatina (Roumanie), d’un père roumain et d’une mère d’origine française. Immigré en France en 1913, il fut élevé à Paris et en Mayenne. Il a inventé une nouvelle sorte de théâtre avec La Cantatrice chauve. Ionesco a été élu à l’Académie française en 1970. Il meurt à Paris en 1994.

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves