"L’automne de la culture" (Jean Clair)

, par  J.G.
Lu 251 fois

Jean Clair

"En 1872 - il avait alors vingt-sept ans -, Nietzsche, invité par les gouverneurs de la Société académique de Bâle, donna une conférence sur "l’avenir de nos établissements d’enseignement". Mais le mot Bildung en allemand dit plus que l’enseignement...Il englobe aussi la culture, et la formation de l’homme cultivé. Bâle bruissait des rumeurs que la populace à Paris avait mis le feu au Louvre et détruit de façon délibérée quelques-uns des plus grands chefs-d’oeuvre de l’humanité. La conférence fut placée sous le signe de ce qu’il appela un Kulturherbstgefühl, le sentiment qu’on vivait l’automne de notre culture. Nietzsche y développait le tableau d’un système d’éducation qui ne serait plus dicté désormais que par le goût du profit matériel immédiat et la nécessité de la rapidité de l’enseignement. Aucune trace n’y resterait des vieilles humanités. L’éducation moderne serait dominée par deux impératifs : la rentabilité et l’efficacité...

Huit ans plus tard, l’année où mourut celui qui, dans sa Tentation de saint Antoine, avait dressé, page après page, le répertoire sans fin des formes qui assaillent l’anachorète et qui , dans leur embarras de trésors, annoncent si bien le Musée imaginaire et son grand bazar, en 1880, donc, quand mourait Flaubert, Nietzsche allait lancer son avertissement : "Le désert croît, malheur à celui qui recèle des déserts." Et, poursuivrait-il, "nous autres Européens, trop décadents, trop incrédules -n’avons plus en nous déjà de quoi satisfaire les ardeurs de l’Orient : tout au plus, pour la première fois, il nous sera donné de nous asseoir sous des palmiers *".

La formidable crue des images qui a été la cause de l’avènement du monde technique, à la fin du XIXe siècle, n’aura pas suffi à irriguer nos déserts. Abou Dhabi, et les palmiers sous lesquels nous irons nous asseoir, n’est pas le désert des origines, mais son contraire, un dôme artificiel, vide et climatisé, où Evagre n’a plus sa place."

*Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, IV, 2.

Extrait du livre "Malaise dans les musées" écrit par Jean Clair, Café Voltaire, édition Flammarion 2007, p. 128 et 129.

P.S :

- Jean Clair : Conservateur des Musées de France, au musée d’Art moderne, au Centre Pompidou, au musée Picasso, il a aussi exercé son activité dans des grands musées américains et dirigé la Biennale de Venise du Centenaire. Auteur d’expositions internationales, récemment Mélancolie, il a écrit des essais sur l’art et l’esthétique, traduits dans plusieurs langues.

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves