Qu’est-ce que la Révolution française ?

, par  André Bellon

À la une du journal Le Monde, on pouvait lire, le 23 septembre 1999, cette déclaration du grand écrivain latino-américain Carlos Fuentes : « Pour m’en tenir au terrain de la politique, je suis persuadé que la Révolution française a été la meilleure révolution du millénaire. En France, le fait extraordinaire, réellement extraordinaire, ce fut que, dans l’ensemble du pays, le peuple tout entier agit spontanément - comme le remarque Michelet dans son Histoire - en anticipant les lois révolutionnaires. L’événement est unique, à une telle échelle, dans l’histoire de l’humanité……… En 1791, le peuple français, devançant de plus en plus les autorités révolutionnaires de Paris, avait créé aux quatre coins de la nation plusieurs milliers de nouveaux fonctionnaires municipaux et de nouveaux juges, de telle sorte qu’au printemps 1792, la France possédait un système politique et judiciaire totalement rénové au moyen de l’élection directe ».

11 ans plus tard, soit 221 ans après le début de la Révolution française, Jean-François Copé, ancien ministre de la République, Président du groupe UMP à l’Assemblée nationale et bientôt Président de cette même UMP, s’insurgeait contre cette Révolution et tout particulièrement contre un de ses symboles jusqu’alors assez consensuel : l’abolition, en France, des privilèges qui caractérisaient, sous l’Ancien Régime, les pouvoirs exorbitants de la noblesse et du clergé. Monsieur Copé, de façon assez ahurissante, estimait qu’il règne en cette année 2010, en France, une ambiance malsaine de nuit du 4 Août . Cette déclaration demandant des précisions, il expliqua qu’à l’époque : « on a fracturé notre pays et ça c’est terminé par une dictature, ne l’oublions pas. C’est bien de parler d’histoire ... ».

Ce serait encore mieux de vouloir l’analyser au lieu d’en imposer une vision apologétique.

Jusqu’alors, l’éducation nationale avait pour mission de présenter les faits et d’appeler à l’analyse autant qu’à l’esprit critique. On peut douter que ce soit encore le cas à la lecture d’un livre de 4ème présentant la 1ère République de façon pour le moins sommaire et largement orientée. Voir ci-dessous les pièces jointes.
En logo, la plaque commémorant à Paris la création de la 1ère République.

Article également publié par Agoravox.

Navigation

  • À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

    Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !

  • Demos&kratos
  • Droit naturel
  • Laïcité : une valeur d’avenir
  • Nous suivre


  • ROBESPIERRE et l’an II ou la construction d’une république démocratique et sociale

Brèves Toutes les brèves