La fine fleur du libéralisme économique au 11e sommet européen des Affaires

, par  John Groleau
Lu 327 fois

« Choisis la pilule rouge, tu restes au pays des merveilles et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre » Morphéus

Jürgen R.ThumannL’avenir de l’industrie européenne était au centre des discussions de la 11e édition du European Business Summit (EBS), intitulé « Ouvrir des possibilités industrielles ». Comme un symbole, l’avionneur « européen » Airbus avait annoncé l’année dernière la construction d’une usine dans l’Empire américain pour y produire des A320. Le maintien de l’austérité budgétaire fut préconisé lors de ce sommet, notamment par Jürgen R. Thumann. L’EBS est une initiative conjointe de BusinessEurope et de la Fédération des Entreprises de Belgique.



D’après le programme [1] disponible sur le site de la Commission européenne, d’autres questions ont été abordées, en particulier la relation transatlantique. William E. Kennard, « l’ambassadeur de l’Empire américain auprès de l’U.E. », est intervenu sur la perspective du marché transatlantique.


Le 17 mai dernier, le site euractiv.com nous apprenait que « Des organisations d’entreprises européennes se sont associées jeudi (16 mai) à l’European Business Summit afin de demander instamment la mise en place du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI). La décision de créer une alliance d’entreprises européennes pour le PTCI intervient à la suite d’une action similaire menée en avril par des sociétés américaines qui ont lancé la Business Coalition for Transatlantic Trade. Les négociations devraient commencer dès le mois de juin et les parties prenantes appellent à une résolution rapide des différences dans les relations commerciales les plus importantes au monde, ce qui pourrait prendre plus de deux ans. Jürgen R.Thumann, le président de BusinessEurope, a déclaré, lors du lancement de l’alliance européenne, que cette dernière s’engageait à aider les gouvernements tout au long des négociations et qu’elle ferait tout son possible pour que l’accord soit conclu. [...]. L’alliance est composée de BusinessEurope, une fédération qui représente les plus grandes entreprises d’Europe, de la Chambre américaine de commerce, du Transatlantic Business Council et du Forum des services européens ».

Business Alliance for TTIP

D’après le communiqué de presse donné par BusinessEurope [2], cette alliance est plus large : on y retrouve en particulier le Transatlantic Policy Network dont le président honoraire européen est Peter Sutherland.

Parmi les intervenants « prestigieux » lors de l’EBS, notons la présence de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la Confédération Européenne des Syndicats. Cette organisation avait soutenu le traité constitutionnel européen de 2005 : « Le Comité de direction de la CES soutient la Constitution européenne comme “Point de départ” de nouveaux progrès vers des valeurs sociales plus fortes dans l’Union européenne » [3].

Capture d'écran

Bernadette Ségol avait participé en 2011 à l’Université d’été du MEDEF. Le 07/09/2011, elle déclarait que « L’Europe ne doit plus hésiter. Ses dirigeants doivent franchir un cap vers davantage de solidarité et de fédéralisme avant que l’Europe ou l’euro se cassent la figure ». Le 24 janvier 2013 [4], elle a rencontré Lucio Levi, Président du Movimento Federalista Europeo. Il est vrai que le MEDEF a une priorité : le fédéralisme européen.

Tridi 3 Prairial an CCXXI

Article également publié par Agoravox.

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves