"Peuples d’Europe, soulevez-vous" !

, par  John Groleau
Lu 551 fois

À la veille de la journée de grève générale d’aujourd’hui en Grèce, des militants du Parti communiste grec (KKE) ont déployé deux banderoles sur l’Acropole sur lesquelles on peut lire "Peuples d’Europe, soulevez-vous".


Traduction des principaux passages de l’intervenant dans cette vidéo :

"Il est nécessaire qu’un soulèvement populaire est lieu. Le peuple doit montrer la force de ses droits. Le peuple grec n’accepte pas que la Grèce soit piétinée, mise plus bas que terre. Voilà le message qu’on veut faire passer. Nous souhaitons que le peuple grec et les peuples européens se soulèvent. Le peuple ne cédera pas, ne pliera pas. Debout, il revendiquera ses droits. Nous resterons autant que nécessaire à l’Acropole."

D’après rsr.ch [1] (Radio Suisse Romande), "4000 enseignants, étudiants et retraités ont manifesté mardi contre les coupes prévues par le gouvernement. Quelques échauffourées ont éclaté alors que le défilé approchait du Parlement".

Lundi soir, 300 enseignants sans poste ou remplaçants ont assiégé le bâtiment qui abrite la télé nationale ERT vers 21h45, une cinquantaine d’entre eux a pu pénétrer dans les locaux après des affrontements avec les policiers et prendre l’antenne, interrompant une émission où devait intervenir la Ministre de l’Education.

Interruption vers 21h45 :


Un message enregistré des enseignants est finalement diffusé vers 23h :


Le supplice de SisypheLoukas Tsoukalis, président de la Fondation hellénique pour la politique européenne et étrangère à Athènes, mais surtout conseiller du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, fustige "l’irresponsabilité extraordinaire" des partis d’extrême gauche [2]. Le vendredi 23 avril dernier, des affrontements avaient eu lieu devant le siège de la Commission européenne à Athènes. Un certain Charles de Gaulle avait été particulièrement visionnaire sur la Commission de Bruxelles ... Qui sont les irresponsables M. Loukas Tsoukalis !

Dans une note d’information de la Section Relations Internationales sur le rôle de la CES et de la CSI adressée aux Partis Communistes et Ouvriers, publiée par le Comité Valmy, le KKE considère que "le capital et ses gouvernements lancent dans toute l’Europe une nouvelle offensive en pleine crise économique capitaliste. La diminution drastique des salaires et des retraites, la mise en place de nouvelles taxes, le démantèlement progressif des systèmes de Sécurité Sociale et l’attaque contre le Code du travail sont mis en avant dans le cadre de cette offensive. On défend ces mesures en prenant la crise comme prétexte et elles ne sont pas temporaires ; elles sont permanentes et elles ont été décidées il y a des années sur la base des Traités de l’UE, le premier étant le Traité de Maastricht, et de la Stratégie de Lisbonne".

D’après rsr.ch [3] , dans la demande à l’Union européenne et au FMI de lui prêter d’urgence 45 milliards d’euros, « le patronat y a vu l’occasion pour la Grèce de "devenir un véritable pays européen". À l’opposé, le Parti communiste grec a fustigé une décision qui va "servir les intérêts de la ploutocratie grecque". »

U.S.A.&FMI&Papandréou

Dans l’article L’union européenne dit non à ses peuples, mais oui à un Président, publié par l’Association pour une Constituante, Anne-Cécile Robert avait déclaré que « depuis les "non" français et néerlandais au traité constitutionnel en 2005, la fracture entre l’Union et les peuples semble se creuser » et avait appelé à l’élection d’une Assemblée Constituante française.

Espérons que bientôt, des voix s’élèveront en Grèce pour réclamer une Assemblée Constituante grecque dont les membres seront élus au suffrage universel direct et qui permettra le rétablissement de la souveraineté populaire.

Yποστήριξη στην αντίσταση του ελληνικού λαού !

Sextidi 16 Floréal an CCXVIII

P.S. : la dette publique, une affaire rentable. À qui profite le système ?

Article également publié par agoravox.

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves