Levons l’ambiguité : la conception française de la nation n’était pas celle de l’Allemagne !

, par  J.G.

En 1774, l’allemand Herder affirma la primauté du "Volk", le peuple, au sein duquel l’individu fut défini comme appartenance. Mais suite à la Révolution française et l’apparition de la conception française de la nation ( "une communauté de citoyens" qui transcende toutes les appartenances privées ( religion, région, origine, ... ) ), ce même Herder insista de nouveau sur l’originalité du peuple allemand, et bien vite, sur sa supériorité : "Guérir le monde au contact de l’être allemand". Friedrich Schlegel défendit lui aussi une conception ethnique de la nation dans ses "Leçons philosophiques" de 1804-1806. Selon lui, les individus devaient être liés entre eux par des liens de sang pour garantir la pérennité de la communauté culturelle. La suite, vous la connaissez...1913 : le droit du sang fut instaurée en Allemagne dans le code de la nationalité. 1933 : arrivée du nazisme au pouvoir en Allemagne avec comme fondement le racisme et ayant pour ambition la domination du continent. Hitler : "L’Allemagne ne sera vraiment l’Allemagne que lorsqu’elle s’appellera l’Europe."

En ce qui concerne le problème soulevé par le principe des nationalités, je préfère citer Régis Debray : "Le principe des nationalités, dit-on, portait la guerre de 1914 dans ses flancs. A moins que ce fût le principe impérial qui écrasant les nationalités, les exaspérait."

Navigation

  • Demos&kratos
  • Droit naturel
  • Laïcité : une valeur d’avenir
  • Nous suivre


Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves