Lettre ouverte aux « bons Français » qui assassinent la France

, par  J.G.
Lu 222 fois

Quatrième de couverture :

« Je l’avoue, je ne suis pas un "bon Français". Quand onze footeux milliardaires remportent le "mondial", l’idée ne me viendrait pas d’entonner we are the champions en descendant les Champs-Élysées derrière un chef d’État en maillot bleu suivi de cent mille compatriotes en liesse.

Je ne vibre pas davantage à l’unisson des journalistes "patriotes", quand ils encensent le french doctor Kouchner jouant les proconsuls de l’OTAN en Yougoslavie occupée.

Lisant à l’envers l’histoire officielle de mon pays, je tiens que ces "mauvais Français" que furent Henri Martin et Henri Alleg ont sauvé l’honneur de la France, quand MM. Lacoste, Mollet, Mitterrand, Chirac, Massu et autres étoiles du colonialisme français foulaient aux pieds la devise républicaine en Indochine ou en Algérie.

Mais toutes ces preuves de déviance ne sont rien en comparaison de ce fait aussi impardonnable qu’inexplicable : républicain, syndicaliste, internationaliste, anti-fasciste, anti-raciste et laïque, de gauche en un mot, j’ai le front d’aimer la France et de considérer sa mise en tutelle "constitutionnelle" par l’Europe de Maastricht comme une félonie... » Georges Gastaud

Georges Gastaud, Lettre ouverte aux « bons Français » qui assassinent la France, Le Temps des Cerises, mars 2005, Pantin.

Navigation

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves