Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple

L’Appel aux électeurs parisiens, daté du 25 mars 1871 et rédigé par les membres du Comité central de la Garde nationale, met en lumière la question cruciale du système électoral, en précisant la nature des rapports entre électeurs et élus.
- Ces rapports méritent d’être analysés et connus !

Articles les plus récents

  • Révolution russe et Révolution française

    , par L’équipe du Canard républicain

    Les Éditions Critiques viennent de publier Albert Mathiez, Révolution russe et Révolution française, un recueil d’articles du grand historien de la Révolution française qui suivit, avec un vif enthousiasme, les débuts de la Révolution russe de 1917. Il adhéra au tout nouveau Parti Communiste Français ou (...)

  • République, où est passé ton combat émancipateur ?

    , par André Bellon

    « Même si je ne suis pas d’accord avec tes options, je me battrai pour que tu aies le droit de les exprimer ». Si cette pensée très voltairienne est à l’honneur ces derniers temps, en saisit-on toujours toute la logique ?
    Le 9 août dernier, l’adjoint au maire de Lormont (Gironde) informait Gérald (...)

  • La Malfaçon. Monnaie européenne et souveraineté démocratique.

    , par J.G.

    « Personne n’a dit, ni ne dira, qu’une lutte ouverte au niveau national serait facile. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’elle sera plus facile - et l’on reste surpris que la gauche critique européiste, celle d’Attac notamment , ou celle des Économistes atterrés , ne parvienne pas à entendre cet (...)

  • Dangereuse légalisation du régime de Vichy

    , par Anne-Cécile Robert, Tribune libre

    Emmanuel Macron a réaffirmé le 16 juillet dernier que « c’est bien la France qui organisa » la rafle du Vél d’Hiv en juillet 1942 lors d’une cérémonie en présence de Benyamin Nétanyahou. « Oui, je le redis ici, c’est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la (...)

  • Un 2 - Décembre mou

    , par André Bellon

    Le 2 décembre 1851, Louis Napoléon Bonaparte, Président de la République, organisait un coup d’État contre la République qu’il était censé défendre et devenait l’empereur Napoléon III. Peu de temps auparavant, l’Assemblée avait refusé de modifier la Constitution pour lui permettre de briguer un second mandat. (...)

  • Au Venezuela, la fable des manifestations pacifiques

    , par Maurice Lemoine, Tribune libre

    Violence ? Quelle violence ? Sur Sabana Grande, très longue rue piétonne du centre populaire de Caracas, les badauds déambulent, qui dégustant une glace, qui promenant les enfants. Plus à l’ouest encore, royaume des petites motos de ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une auto – sociologiquement (...)

  • Vous n’étiez qu’un esclave

    , par André Bellon

    Avant la 2ème guerre mondiale, existait à Paris une place dite « des trois Dumas ». Y étaient érigées la statue du grand écrivain Alexandre Dumas, celle de son fils, l’auteur de « La dame aux camélias » et celle de son père, général de la révolution.
    Sur cette place qui a perdu son nom, les deux premières (...)

  • Le rêve et le cauchemar

    , par APUC, Tribune libre

    La France s’est dotée d’un nouveau chef de l’Etat élu par défaut (18,2% des électeurs au premier tour, 43% au deuxième). Ce deuxième tour a vu une participation exceptionnellement faible (25% d’abstentions, 12% de blancs et nuls par rapport aux exprimés). Et c’est sur cette très faible légitimité, permise par ce système en crise, qu’il désire gouverner par ordonnances, symbole des formes autoritaires du pouvoir. Mais comment pouvait-il en être autrement ?

Mon édito

Lu 37 fois
La dette publique : à qui profite-t-elle ?
Le MEDE« F » a une priorité : le fédéralisme européen
Le FN et le marché transatlantique
LE RÉGIONALISME
CIA. 1947 - 1977 : opérations clandestines et coups d’État

Sites favoris Tous les sites

Brèves Toutes les brèves